9 mars 2015

Plus de 200.000 euros escroqués par une salariée dans une mutuelle à Valenciennes

Mutuelle Just

Située à Valenciennes, la Mutuelle Just’ a subi un détournement de fonds de plus de 200.000 € par une de ses employées. C’était fin janvier que les contrôleurs internes de la société ont pu constater cette escroquerie.

Tout en soupirant, Philippe Mixe, président de la société Mutuelle Just’ a dit que cette situation devrait exhorter toutes les sociétés à amplifier leurs procédures de contrôle informatique. Il a continué en disant qu’en fin janvier, le service de contrôle interne a pu constater qu’il y avait deux consommateurs significatifs employant le même RIB et se logeant à la même adresse et que ce n’est pas tous les jours que deux personnes très malades habitent la même maison. Les contrôleurs ont donc examiné les dossiers de chaque adhérant. D’emblée, ils ont vu que c’est par le biais de faux actes de prescription que les sommes étaient versées.

La concernée fait dans les 35 ans et tenait un poste dans le service des prestations depuis quatre années, donc elle connaissait comment ça marche, donc elle a pris l’initiative de falsifier des dossiers de prestations, pour de faux actes médicaux. Pour ce faire, elle devait d’abord avoir des complices qui sont affiliés à la mutuelle. Après, ils lui restituaient la somme tout en gardant une commission. Elle savait bien que de petites sommes ne pourraient faire office de suspicion pour enclencher un contrôle systématique, mais qu’après quatre ans, la somme s’élèverait à près de 207.500 €.

Elle a fait ses aveux à la police le lendemain

D’après les dires de Philippe Mixe, il s’avère que le mari, le frère et le voisin figurent dans les sept personnes rendues complices de cette fraude. Pendant ses congés parentaux durant trois ans, elle fait toujours de petits passages à l’agence, que ce soit à Valenciennes, Maubeuge ou Dunkerque, pour saluer ses collègues tout en s’identifiant depuis leurs comptes.

Quand la salariée s’est rendu compte que la société s’est aperçue de son arnaque, elle a tout de suite pris le chemin du commissariat de police de Valenciennes, le lendemain même pour se rendre et pour confesser son acte. Son jugement se passera le 24 février au tribunal correctionnel de Valenciennes, ainsi qu’une partie de ses acolytes.

Laisser un commentaire